Du pain dans les paniers du jeudi !


Adhérentes, adhérents aux paniers de légumes du jeudi : à partir du 12 mai, retrouvez du pain en option avec vos paniers de légumes !

Nous démarrons ce partenariat avec Tero Loko, jardin de Cocagne et d’insertion, membre du réseau Emmaüs France, situé à Notre Dame de l’Osier. Leur projet : social, écologique et culturel pour permettre l’insertion des personnes réfugiées et redynamiser le territoire rural sur lequel il se trouve. Plus d’infos sur www.teroloko.com.

Plusieurs pains et formules vous sont proposées pour une livraison toutes les semaines, engagement 1 mois minimum.

Pour vous abonner : rendez-vous sur la page d’accueil de Cocagne Bio ou dans la rubrique « Nos paniers ». Cliquer sur « s’abonner » sous le pain choisi et se laisser guider ! N’hésitez pas à nous contacter au 04 76 35 01 69 si besoin.

Pour un démarrage jeudi 12 mai, il est nécessaire de s’abonner d’ici jeudi 8 mai. Merci de votre compréhension face à ce délai court en cette période où nous vous assommons de mails !


« Chaque année, des centaines de réfugiés obtiennent le droit d’asile ou une protection internationale. Pour autant, passé ce cap, les difficultés s’accumulent : l’accès à l’emploi, au logement, aux droits, à la santé, à la formation… restent problématiques pour la plupart d’entre eux. Dans le même temps, de nombreux territoires ruraux vivent une spirale de « déprise » : disparition progressive des commerces et des services, absence de transports, délitement du lien social. Ces deux enjeux convergent particulièrement en Isère, terre d’immigration qui compte de nombreuses zones rurales enclavées. Comme dans le village de Notre Dame de l’Osier, à une cinquantaine de km au nord-est de Grenoble.

C’est là que l’association Tero Loko a conçu un projet global, à la fois social, écologique et culturel pour permettre l’insertion des personnes réfugiées et redynamiser ce territoire rural Fil conducteur de ses actions : la mixité, la rencontre entre personnes issues de l’immigration et habitants du territoire. Ainsi, le chantier d’insertion, qui constitue la colonne vertébrale du projet, forme des équipes mixtes (2/3 migrants 1/3 locaux), aux métiers du maraichage et de la boulangerie. La vente des produits issus de ce chantier permet notamment de faire vivre un marché hebdomadaire, revitalisant le lien social. En complément, un volet formation (au français mais aussi à l’informatique et aux mathématiques) est animé par des enseignants bénévoles du territoire, et ouvert à tous, français comme étrangers Un accompagnement au logement est proposé, sous la forme d’un hébergement citoyen (chez l’habitant) ou de l’intermédiation locative et logement social.«